Vert-peche.fr

Faites vous un avis sur la pêche et découvrez les nouvelles techniques

Quand le dernier arbre aura été abattu - Quand la dernière rivière aura été empoisonnée - Quand le dernier poisson aura été péché - Alors on saura que l'argent ne se mange pas.

 

Geronimo

Les poissons qu'il faut épargner et ne pas consommer

Quels poissons à épargner et à ne pas consommer afin de protéger les espèces du milieu marin ?

 

Depuis les années 70, deux problèmes se posent. Il y a eu d’une part, une surpêche de certaines espèces : en effet, on a pêché sans tenir compte du temps nécessaire à la reproduction de celles-ci, la quantité était donc trop importante, d’où un déséquilibre. D’autre part, la consommation de poisson par l’homme a plus que doublé depuis les années 60. En conséquence, cette surpêche a diminué de moitié la population des animaux marins. Or nous sommes dépendants des ressources naturelles entre autres pour notre santé, ainsi que pour notre alimentation. Voyons comment freiner le dérèglement de l’écosystème afin d’empêcher les disparitions.

 

Une première catégorie à ne pas acheter sont les poissons dits « juvéniles » car ils n’ont pas encore l’âge, donc la capacité, de pouvoir se reproduire. Cependant, des interdictions de pêche concernant cette catégorie ont été mises en place afin de les préserver au mieux.

 

Ensuite, les poissons de petite taille sont concernés. On trouve parmi eux, par exemple les anchois (d’Espagne, de France) et les sardines. Ils représentent une partie non négligeable de la pêche soit 37%. En effet, ils sont dorénavant très prisés car ils sont utilisés pour l’agriculture et l’aquaculture : 90% d’entre eux sont réduits en farine ou en huile. Leur avantage pour le pêcheur tient à leur mode vie : ils se déplacent en bancs, ils sont donc plus faciles à attraper, mais cela leur vaut un déclin rapide. Cette surpêche a d’ailleurs entraîné leur disparition de la Namibie et la Mer Noire. Une seconde conséquence est la mise en danger de leurs prédateurs marins.

 

Enfin, une troisième sorte concerne tout de même plus de 40 espèces vivant dans la mer Méditerranée. Environ la moitié de ceux menacés de disparition sont les cartilagineux, c’est-à-dire les requins et les raies. On trouve aussi les osseux qui comptent environ 12 espèces. Leur extinction pourrait venir à grands pas en raison de la surpêche, de la pollution et de la dégradation de la mer.

 

Quels éco-gestes peut-on faire de façon individuelle lorsqu’on souhaite en consommer ? On conseille de regarder la provenance : où a-t-il été pêché ? En supermarché, des labels ont été mis en place : gage d’acheter des produits locaux et durables ou encore « MSC » (Marine Stewardship Council, lancé par WWF et Unilever) pour une pêche responsable. On peut également se rendre sur le site internet de la fondation Goodplanet afin d’y consulter la liste des espèces à éviter de consommer.

 

Ces menaces de disparition incitent à prendre conscience de toute urgence des poissons tels que l’anguille, le cabillaud (également appelé morue) à ne plus mettre dans son assiette avant que ces ressources naturelles disparaissent totalement.

Voici un dossier complet sur la réglementation de la pêche en haute mer: http://www.federationpeche.com/10/departement.php?page=84

 

 

A proscrire : thon rouge, anguille

A éviter: cabillaud, dorade, espadon

A privilégier : lieu, bar, sardine